Monnaies Féodales

Les monnaies féodales sont une partie importante de la numismatique médiévale, mais elles ne couvrent pas toute la période du Moyen-Âge, qui s’étend du Vème au XVème siècle. On considère que les monnaies féodales Françaises ont été émises du XIème au XVème siècle, période pendant laquelle le féodalisme s’est développé, a atteint son apogée, puis s’est lentement éteint.

Toute cette période se caractérise, jusqu’à l’apparition de la mécanisation de la frappe à la Renaissance, par une frappe artisanale et manuelle des pièces : chaque pièce est frappée à la main et est donc unique. Une caractéristique de cette époque est aussi l’attachement que portait la population à la valeur intrinsèque des pièces – liée au métal précieux dont elles sont faites – plutôt qu’à leur seule valeur fiduciaire.

Féodalité

On ne peut étudier les monnaies féodales sans les remettre dans le contexte historique de l’époque, et sans comprendre notamment la féodalité en elle-même. La féodalité se caractérise en effet par une autorité politique centrale très faible. Le pouvoir politique, lié à la possession territoriale, est morcelé en de nombreuses unités imbriquées les unes dans les autres. Typiquement, il s’agit de principautés – grossièrement semblables à nos régions actuelles – et morcelées en de nombreux fiefs, possession de territoires accordées par un suzerain à son vassal, lequel lui doit en retour aide et hommage. Il peut y avoir de nombreuses relations hiérarchiques au sein d’une principauté, avec parfois des relations réciproques – des nobles étant à la fois suzerains et vassaux l’un de l’autre. Ainsi, du roi jusqu’aux vavasseurs – vassaux des vassaux – il peut y avoir 5 degrés hiérarchiques :

  • Le Roi
  • Le Duc
  • Les Barons
  • Les Seigneurs
  • Les Vavasseurs

Ce morcellement extrême s’est mis en place suite aux pressions des raids Vikings et Sarrasins, raids éclairs qui jouaient sur la mobilité et rendaient inutile une puissante armée royale centralisée. Dès lors, la défense se faisait localement et les guerriers capables d’assurer la protection de la population alentours, notamment en les abritant dans leur château en cas de pillage, acquirent un pouvoir politique et financier, ceux-ci se substituant à un roi lointain et impuissant.

Émergence de la Bourgeoisie

A partir du XIIIème siècle, le développement des villes entraîne l’émergence d’une classe nouvelle, en plus des trois ordres médiévaux – guerriers, paysans et prêtres ; les bourgeois,  centrés sur l’artisanat et le commerce.  Les Capétiens n’ayant pas d’administration suffisante, et voulant limiter la puissance des fiefs féodaux, accordent de nombreux droits et privilèges aux villes qui deviennent de véritables sources indépendantes de pouvoir politique et financier, et peuvent battre monnaie.

Conséquences sur les monnaies féodales

  • Apogée de la féodalité

Ce pouvoir politique extrêmement morcelé a donné lieu au morcellement du droit de battre la monnaie. Du Xème au XIIème siècle, de nombreux seigneurs se le partage, de même que certaines autorités ecclésiastiques – des abbayes notamment – et des villes.

Pendant cette période, la monnaie principale est le denier, contenant une quantité d’argent qui varie en fonction du lieu et de l’époque, lui-même divisé en oboles ou mailles, pièces pauvres en métaux précieux. D’un endroit à un autre, ces deniers ont des poids différents, allant généralement de 1 à 1.5 gramme, et leur valeur n’est donc pas la même.

Les monnaies féodales de cette période se caractérisent donc par une extrême variété et une qualité très inégale, en fonction de l’atelier de frappe où elles sont conçues. Certains seigneurs n’hésitent d’ailleurs pas à s’arroger le droit de battre la monnaie, ajoutant d’autant plus à la confusion. Néanmoins, les pièces sont relativement stables dans le temps, les seigneurs ne souhaitant pas faire de modifications trop brusques et trop visibles.

 

Denier de Provence - XIème siècle

Denier de Provence – XI ème siècle

Typiquement, chaque ville, principauté et de nombreux fiefs avaient leur propre monnaie, souvent copiée sur celle du voisin ou du suzerain, mais n’ayant pas toujours la même valeur ni le même poids, et se différenciant par des modifications plus ou moins subtiles. Cette époque était l’âge d’or des changeurs.

  • Déclin de la féodalité

A partir du XIIIème siècle et de l’arrivée de Philippe Auguste sur le trône, le pouvoir royal raffermit peu à peu son autorité, étendant son territoire et contrôlant de manière plus précise les monnaies seigneuriales. De l’avènement de Philippe Auguste (1180) à la fin du règne de Philippe le Bel (1314), l’usage des monnaies seigneuriales diminue significativement, tandis que les monnaies royales les remplacent, aidées par des lois édictées en ce sens et tandis que le domaine royal s’agrandit toujours davantage. La plupart des monnaies seigneuriales, ecclésiastiques ou bourgeoises s’éteignent à cette époque. Les dernières cesseront d’avoir cours pendant la première moitié du XIVème siècle.

De plus, la centralisation de la monnaie autour du denier cesse à partir de 1263, époque à laquelle Saint Louis introduit le gros tournoi à son retour de croisade.

Gros tournoi - Saint Louis - XIIIème siècle

Gros tournoi de Saint Louis (XIIIème siècle)

Ces pièces étaient en argent, pesait environ 4 grammes et valaient 12 deniers. Philippe le Bel développe ensuite un système monétaire complexe, utilisant de nombreuses pièces différentes en or, argent ou billion, qui seront utilisées tout au long du XIVème siècle.

La guerre de Cent Ans affaiblit considérablement le pouvoir royal, qui dut parfois dévaluer sa monnaie, mais cela ne permit jamais aux monnaies locales de retrouver leur vigueur d’antan. A la fin de la guerre, le pouvoir royal se trouve considérablement renforcé par l’expulsion des Anglais de France, et le roi Louis XI dispose d’un quasi monopole sur la frappe de monnaie, malgré quelques exceptions notables. L’époque des monnaies féodales est révolue.

Mots-clés utilisés pour trouver cet article:

monnaie feodale, monnaies feodales, piece feodale, monnaie feodale argent, monnaie philippe le bel, monnaie moyen age, pièce moyen age

10 Cours gratuits pour bien démarrer votre Collection de Pièces !
Oui Laurent, Envoyez-moi mon cours gratuit sur la collection de pièces aujourd'hui !

Vous recevrez votre première leçon par email immédiatement

Votre vie privée est respectée: Votre adresse email ne sera jamais vendue ou partagée avec qui que ce soit.